L'Esprit de l'Ombre
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Les Ecrits de Pandicula-Jio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pandicula-Jio
Initié
avatar


MessageSujet: Les Ecrits de Pandicula-Jio   Jeu 13 Mai 2010 - 22:40

Sous le ciel noir je du me debattre.

Languis de cette passion, je dû reconnaitre sa grande force.

Mettant corps et âme dans la mélée les coups de poings et pieds furent mes invitées.

Jettant mon arme à terre elle du se résigné.

Mais ma tromperie me prouva sa faiblesse.

Je dû la punir de cette bêtise.

Mais il naquit une grande haine.

Elle resta debout à me fixer de ses grand yeux sombres.

D'un coup sa fureur se relâcha et j'en ai même senti la brûlure sur mon corps.

Vêtement plus en état. Esprit affaiblie. Elle me décocha un grand coup de queue qui me faisa voltiger vers la statue d'en face.

Etourdi, j'ai peiné à me relevé.

S'étant rapprocher, panique s'ensuit. Hurlant de terreur elle me cracha au visage.

Ce fut mon premier combat où j'ai réellement rien fait.

Elle s'apelle Crocaburia et je n'étais qu'un jeunes pandawa qui n'avait pas l'experience requise pour allez l'abattre.
Revenir en haut Aller en bas
Pandicula-Jio
Initié
avatar


MessageSujet: Re: Les Ecrits de Pandicula-Jio   Jeu 13 Mai 2010 - 23:09

Dans cette noirceur, la lueur de la flamme rouge paraissait insuffisant.

De mon vivant je préfére la clarté du soleil.

De ma mort je préfére L'osamodas qui me réssucite.

Dans cette endroit clos je ne vis que des âmes vertes et puantes.

De ma folie j'entrepris une nouvelle technique.

De cette maniére je pensais accomplir mon rêve.

Une fois réussi je compris que je n'allais point m'en sortir.

Car un robot m'attendait un peu plus loin.

M'envoyant des déchargent à longue distance (je ne saurais dire si ce sont des ondes ou des dommages liés a la terre).

Ma vie fut le fruit d'un court instant.

De ma mort le message arriva à destination de mes alliés.

Leur mort était proche.

Ce ne fut point un mensonge car ce fut une mort rapide.

Je remercie mes compagnons d'armes de m'avoir suivient pour cette idée de dingue que j'ai eu...

Ce combat était contre le dénommé Bworker.
Revenir en haut Aller en bas
MouG
Esprit
avatar


MessageSujet: Re: Les Ecrits de Pandicula-Jio   Ven 14 Mai 2010 - 12:07

Je me sentais seule
Je pensais être la seule
Capable d'infliger à mes alliés
Ce genre de combat inespéré

Oh combien ils m'ont menacés
Que si d'avenir je voulais les amener
A se faire tuer
Je devais en abandonner l'idée

Oh joie de voir ce message du pandawa
Alors comme ça toi aussi tu es comme moi
L'extase d'un combat acharné
Qui finira à devoir tous aller se ressusciter

Ainsi une deuxième martyre est née
Prenez garde chers alliés
La mésaventure des défaites
Va se commémorer en de nombreuse fêtes !

_________________
MouG "Esprit de l'Ombre"

" C'est dans leurs ombres qu'il se protège, mais si il y a danger il accourt les protéger. C'est ainsi que le Protecteur est.
Ne vous y fiez pas ! Qu'importe le combat, derrière eux toujours il sera..."
Revenir en haut Aller en bas
Pandicula-Jio
Initié
avatar


MessageSujet: Re: Les Ecrits de Pandicula-Jio   Ven 14 Mai 2010 - 13:25

Au fil des jours je gagnais
Ces magnifiques combats terrestre
Au point que mon âme en saignait
De pouvoir leur en mettre.

Bercé par le souffle divin
Mon corps voulu boire se bon vin
Qui, par grande gorger confére une force
Permettant de les terrasser sans éffort.

Ô Grande Eniripsa d'amour
Toi qui ne voit que le jour
Sous cette cape translucide
Qui me paraît bien fluide.

Vois-tu mes testes de bravoures
Qui par des formes avantageuses
Montre que je suis là pour
Car mon âme est trop hargneuse.

Même si mort s'ensuit
Je ne peux me permettre de fuir
Ce destin qui m'attend
Là où je me rends

Ô Grande Eniripsa d'amour
Toi qui ne vois que le jour
Je me sens si lourd
De ces défaites sans retour

Entend mon chant cruel
Qui fera peur aux plus fier
Lorsque je passerais dans les ruelles
Pour faire la fête.
Revenir en haut Aller en bas
Pandicula-Jio
Initié
avatar


MessageSujet: Re: Les Ecrits de Pandicula-Jio   Dim 16 Mai 2010 - 5:09

Regarde cette pluie de plante
C'est comme si elle me hante
A travers ce passage sombre
J'ai suivi cette grande Ombre

Devant un pas determiné
Je dû me résigner
Levant son arme au danger
Mes sens furent alertés

Mes yeux scrutant ce paysage
Je ne vis que ce présage
ÔÔhh, toi au yeux d'une luisance
Montre moi ta sagesse et ta puissance

Combat moi avec fierté
Toi qui semble si tenté
Prouve moi tes convictions
Avec cette grande détermination


Ce message me fut adressé à Moi, Pandicula-Jio, et la suite fut :

Tout ma vie je dû soulever des pierres, des baril d'alccol, des tables, des chaises, mes alliés, mes ennemies "vivants" bien que sa reste des créatures.

Mais jamais je n'ai porté ça.

Car je n'y avais jamais songer mais voila ce que je dû faire pour le combattre : le déraciner, le portée bien qu'il fasse 5 fois ma taille (voir plus) et le jeter de toute mes forces à côter de sa compére pour pouvoir le bloquer sinon nous courrions à notre mort.

Bien sûr il du faire appel à ses pouvoirs car malgré tout il nous atteignait malgré la distance qui nous séparait.

Malheureusement sa fureur retomba sur quelque membres de mon équipe et certains furent mort sur le coup et ce fut comme ça jusqu'a la fin de notre combat.


C'était mon premier Chêne Mou(g) et je suis fier de le réussir actuellement.
Revenir en haut Aller en bas
Pandicula-Jio
Initié
avatar


MessageSujet: Un poéme à mon sujet actuel   Jeu 20 Mai 2010 - 23:42

Dans cette pénombre fraîche,
Mon coeur semble triste,
Ce sentiment si intense prouve que je vis,
Mais aussi que je me sens mal.

Comment corriger cela ?
Aprés un travail à la Taverne,
Mon âme cherche le repos,
Desesperement il ne vient pas,
Car avec mes compagnons d'armes,
Je n'arrive plus à prendre avec sourir leur bon humour.

Ne le sachant pas je n'ai aucun droit sur eux,
Mais au fur et à mesure que je me retienne,
Je sens en moi une boule grossir,
Au point qu'elle me fasse mal et qu'elle se perce.

Ce trou commence à grossir petit à petit,
Pourtant ne leur voulant aucun mal,
Je reste muette et forte,
Mais je ne suis qu'une personne comme une autre.

Fragile et triste,
Ne pas dire que j'ai des soucies à la Taverne,
Ne serais que pur mensonge,
C'est pourquoi je m'enerve vite,
Et que je décide de le vous le faire savoir,
Pour que vous comprenniez que je ne suis pas dans mes états normaux.

Je pense avoir tout dis,
Et que malgré cela vous ne vous mettrez pas à me detesté,
Car si je vous perds aussi,
Je ne sais pas si je serais capable de continué mon aventure.




Ps : Je ne savais pas où mettre ce message. Donc je me suis permise de le poster ici.
Revenir en haut Aller en bas
Nymphe
Esprit
avatar


MessageSujet: Re: Les Ecrits de Pandicula-Jio   Ven 21 Mai 2010 - 9:25

C’est sur une des vallées d’Amakna, là où le soleil se couche dans l’orangé du ciel,
Que le Chant de cet Esprit se fit entendre.

Certes il n’était pas harmonieux et tintant, ce n’était pas un Chant mais plutôt une Complainte.

Elle baissa la tête pour cacher sa peine face à ce chant triste et douloureux.
L'ayant elle-même souvent ressenti, elle ne pouvait que comprendre.

La force de cet Esprit est admirable,
Et personne ne pourrait se mettre à détester
Un Esprit qui sait souvent être là quand nos Chants l’interpellent.

Les Esprits ont une âme et un cœur,
Le soleil n’est pas toujours à remplir leur vie,
Et quand le noir l’envahit par moment,
On peut souvent comprendre certains changements.

Elle regarda en direction de ce chant, souhaitant qu’il redevienne cristallin et que le cœur et l’âme de cet Esprit soit à nouveau caresser par le soleil de la vie.

_________________
"Dans l'Ombre de chaque je serais, toujours présente, jamais bien loin, en arrière jamais je ne reculerais, en avant toujours j'irais.
Je suis plusieurs mais je ne suis qu'un, on me nomme

Nymphe "Esprit de l'Ombre"
Revenir en haut Aller en bas
Pandicula-Jio
Initié
avatar


MessageSujet: Un combat désesperer pour un Pandawa.   Lun 2 Aoû 2010 - 18:31

Je me sentais seul... Nous étions partie à 8 contre l'équipe d'en face qui n'est autre que :
Le Bworker, les Deux Bworkettes, quelques Bworks élémentaires et Trois Cybworks

Mais le combat fut des plus lamentable... une fois bloquer nous nous endormions.. au point de relacher notre attention et de laissez s'echapper le Bworker qui tua deux des notres...

Mais n'étant pas encore reveiller il en profiter pour tuer les autres... Au final il ne resta que moi.. Maître Pandawa m'a appris l'art du Karcham et du Chamrak. Fort heureusement que ma force brute me permettais de le porter car je ne sais pas si j'aurais pus lui resister longtemps..

Le combat fut le suivant... Je m'avançai, le portai et le jetai. Puis je lui retire ses resistances graçe a mes connaissances de l'art Pandawashu et ensuite je lui balancer mes tonneaux que je faisais exploser avec une allumette.

Ce fut long et éprouvant pour moi... Et le Bworker ne voulait pas lacher prise ! Il n'arrivais pas à m'attraper mais il s'approchais de moi trés trés vite.

J'étais constamment sur le qui-vive mais je ne lacherais pas prise, je me devais de le vaincre car ma Fierté et celle de Spirit Of Shadow était en jeu.

Moi, Pandawa de cercle 180 (classé comme soutient et non combattant) contre un Bworker, rapide comme l'éclaire et pulvérisant tout sur son passage, je dû le tuer à petit feu...

Mais je le vaincu !!
Revenir en haut Aller en bas
Zamot
Eclaireur
avatar


MessageSujet: Un combat désesperer pour un Pandawa.   Lun 2 Aoû 2010 - 19:01

A vaincre sans péril ,on triomphe sans gloire !

Bravo à toi Pandi !
Revenir en haut Aller en bas
Pandicula-Jio
Initié
avatar


MessageSujet: Un familier à nourrir.   Mar 3 Aoû 2010 - 18:26

Cela se passa au mois de Fraouctor.

Devant ce calme plat où le danger est propice à chaque instant. Devant cette grande zone où je ne vis aucune auberge ni taverne dans un rayon de deux kilométres.
Je ne tremblais points. Je terrassais chaque être présent sur cette majestueuse île. Même les morts ne pouvais rien contre moi.
Je recherchais paisiblement quelques Créatures à terrasser pour nourrir mon compagnon à grandes oreilles. D'aprés lui leur âme est succulente. Quelle familier morbide !!

A visionner cette montagne je me demandais quand pourrais-je le nourrir car il était trés difficile de choisir les proies qui lui convenait malgré le nombres de Créatures sur ces Terres rocheuses. Mais c'était l'heure de son casse-croûte... Sous peine d'être mortellement croquer pour "non entretient de mon familier".
Au bout de quelques heures (ce fut looong !!) il se décida et nous nous lançâmes à leur rencontre.

Voici ce que nous combattions : Trois Yokaïs Firefoux, Deux Léopardos et Un Maho Firefoux.

Le combat fut intense. Moi, Pandicula-Jio (appelé plus communément "Jio"), je terrassa en premier lieu les deux Léopardos.
Puis s'ensuivit du Maho Firefoux qui, là où j'ai eu de la chance, ne supportait pas la magie du vent.
Puis vint les trois Yokaï Firefoux....

Aucun ne me toucha car mon Maître ma appris l'Art du Karcham et du Chamrak. Je leur soufflait tout ce que j'inspirais au point que la dose d'alcool bue les fesaient reculer de deux pas.
Je ne me sentais pas le moins du monde fatigué. Malgré cela je commença à être en manque de boisson. Et je dû allez les découper en rondelles tout en les imbibant de bave de Champignon. Trop terrifier de sentir mauvais ils essayaient de m'échapper cette fois-ci.
Mais non ! Je ne laisserais aucun Yokaï Firefoux échapper à mes dagues !
Un tomba.... Puis un deuxiéme. Essouflé je dû usé de l'Art du Karcham et du Chamrak pour reprendre un peu mon souffle. Quand au Yokaï Firefoux, il préféra se lécher les poils pour retirer la bave de champignon. Il avait du courage me suis-je dit !

Pour éviter qu'il ne me fuit j'ai opté pour le tuer à longue distance. Tout d'abors je lui lança le Marteau que le Moon m' a offert. Joli Boomerang ! Puis j'enchaîna avec l'Art Terrestre appris au village Terrdala. Je le nomme : Pandatak !!
Belle brochette de bébé Pandawa mais ils sont nées pour, jusqu'à ce qu'ils soient majeurs et qu'ils feront de même avec leurs progénitures.

Je terressa donc le troisiéme et dernier Yokaï Firefoux.

Mon familier appelé Tifoux (Tifoux : Ti- pour leur taille, et -foux pour sa provenance) récupera leurs âmes avec un sourire béat.
Je ne me lasserais jamais de ça façon de faire qui est assez bizarre en soi mais profondément marquant. Je ne vais pas expliquer sa serait trop long et ce n'est pas le sujet du jour... Une autre fois peut-être.

Voici comment ma matiné du 03 Fraouctor débuta. Il était 05h42 du matin. Là où le soleil n'est pas encore levé et là où la chasse au Firefoux est la meilleur (surtout quand la viande est bien fraîche dû au matin).


Journal d'air de Pandicula-Jio
Revenir en haut Aller en bas
Nymphe
Esprit
avatar


MessageSujet: Re: Les Ecrits de Pandicula-Jio   Mer 4 Aoû 2010 - 14:07

Bravo Pandicula-Jio, joli exemple de bravoure et de détermination !

Tu peux être fier de toi et Spirit of Shadow l'est.

_________________
"Dans l'Ombre de chaque je serais, toujours présente, jamais bien loin, en arrière jamais je ne reculerais, en avant toujours j'irais.
Je suis plusieurs mais je ne suis qu'un, on me nomme

Nymphe "Esprit de l'Ombre"
Revenir en haut Aller en bas
Bouk
Espion
avatar


MessageSujet: Re: Les Ecrits de Pandicula-Jio   Mer 4 Aoû 2010 - 17:39

Bravo Pandi!!!
( quelle beau texte )
Revenir en haut Aller en bas
Pandicula-Jio
Initié
avatar


MessageSujet: Le Cimetiere   Sam 4 Sep 2010 - 16:39

Voici mon parchemin, mon récit, une aventure.
Partie I :



Le Cimetière d'Amakna est un des cimetières anciens où les pierres tombales restent à ras de terre et où on n'est pas autorisé à planter des fleurs. C'est plus facile pour enlever les mauvaises herbes, mais aussi beaucoup plus déprimant. Juste une île plate avec des formes oblongues dressés dans le noir... Aussi dépourvu de relier que la face caché de la lune, et à peu près aussi gai. Donnez-moi un cimetière avec des anges de pierre qui pleurent sur des portraits d'enfants et les Demi-Dieux qui prient pour nous tous, les yeux levés vers le ciel.

J'étais là pour chasser des tas d'os parce que la création d'un objet était devenu une priorité. En jeu, une prime de plusieurs millers de Kama. Mon employeur avait déclaré que graçe à cette objet il pourra crié vengeance. Il avait choisi de me payer mes actions plus que substantiels dans la crainte de se faire arréter par les gardes d'Amakna. Je suis chére, mais pas à ce point. Comparé a ce qu'il risquait de perdre, je suis même carrément donné.

Quatres personnes arrivérent à dos de Dragodindes. Le premier arrivé devant moi était mon employeur Hohn Brassy accompagné d'un autre homme, le troisiéme était justement celui qui allait mourir dans quelques jours. Quand au quatriéme, un simple aventurier curieux de ce qui se tramait. Ne me demander pas comment je le savais... je le savais, un point c'est tout.

Mon employeur me tendit sa main. Il était à la limite superieur de la petitesse, avec des cheveux blonds clairsemés qu'il peignait par-dessus son début de calvitie sans réussir à le dissimuler, et des lunettes à monture argentée qui encadraient de grand yeux gris. S'il avait eu des cils et des sourcils plus foncés, ses yeux auraient été son grand atout. Là, il lui donné vaguement l'air d'une grenouille.

Je lui serrai la main et jeta un coup d'oeil au malabar par-dessus son épaule.
-Un garde du corp ?
Hohn Brassy écarquilla les yeux.
-Comment le savez-vous ?
Je secouai la tête.
-Il a exactement l'air de ce qu'il est.
Je serrai la main du garde du corp mais la plupart ne pratiquent pas la poignée de main. J'ignore si c'est pour préserver leur image de gros durs ou parcequ'il veulent pourvoir dégainer rapidement en cas de besoin.
-Alors, vous étes Pandicula-Jio...
-Et vous ?
-Rex. Rex Canducci.

Je haussai les sourcils.
-C'est votre vrai prénom ?
Il éclata de ce rire surpris et si masculin qui sert également à se moquer des femme.
-Non
Je ne me donnai pas la peine de lui demander quel était son vrai prénom... sans doute un truc embarrassant.
-[i]Je vous imaginais plus grand, ajouta t'il sur un ton taquin.

Mon regard dû le surprendre, car il commença a prendre peur. Et sa se dit Garde du corp ! Et oui, ce soir-là je n'étais pas trop d'humeur. Mais je gardais un peu de formalité. Notre image à nous, Chasseur, est trés importante. Car il faut savoir faire peur à tout le monde. Bien évidemment ma taille prend à défault... quand l'on ne me connaît pas. Car à force de lever la tête, je ne pouvais pas intimider mais je pouvais foudroyer du regard.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Ecrits de Pandicula-Jio   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Ecrits de Pandicula-Jio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le rp coté horde
» Bifron - Nécromantiques - Sartosa Buccaneers
» Livre d''Armée des Terres du Sud - Les Ecrits
» Publiez tous vos écrits sur un site perso!
» [Fan-Fiction] Ecrits de Chroniqueurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit of Shadow :: BiBlioThèQue de "Spirit of Shadow" :: ManusCrit Des PériPéTies-
Sauter vers: